Le parlement européen a voté fin 2023 cette nouvelle mesure pour réduire le coût des réparations de vélo.

Que va comprendre le "droit à réparer" pour un vélo ?

La réglementation européenne souhaite obliger les fabricants de vélo à prendre en charge la réparation de leur produit, même s'ils ne sont plus pendant la période de garantie, à condition que le montant des réparations en dépassent pas le montant de la valeur du vélo. Les réparations doivent être réalisées "dans un temps raisonnable" et si besoin, le fabricant doit pouvoir fournir un vélo de remplacement en attendant. Vélo qui sera certainement lui-même reconditionné.

Atelier Rutile

Atelier de reconditionnement Rutile pour des vélos électriques d'occasion.

Quel est l'objectif du "droit à réparer" ?

L'objectif est de limiter les déchets de vélos électriques encore fonctionnels. Le volume de déchets généré par le vélo serait de 35 millions de tonnes par an, soit 261 millions de tonnes de CO2 perdus. De quoi s'interroger encore une fois sur l'importance de la seconde main, et de l'économie circulaire.

Avec cette mesure, l'idée est de sortir les vélos abandonnés dans un garage ou un local à vélo, à cause d'une panne ou d'une mauvaise chute. Offrons-leur une seconde vie, et consommons plus responsables pour un futur plus sain !

Cette mesure ne sera peut-être pas applicable en France, mais n'en reste pas moins primordiale dans l'univers du vélo. Pas à pas, nous avançons vers des modes de transport plus doux et meilleur pour l'environnement.

Exemple d'un vélo reconditionné, d'apparence (et de mécanisme), il est comme neuf !

Chez Rutile, nous sommes convaincus que les vélos électriques ont encore une longue vie devant eux ! Le reconditionnement premium que nous leur offrons garantis un fonctionnement comme neuf et vous permet de rouler encore de longues heures et plusieurs milliers de km.